Banque Hôtel des Postes

Localisation

Commune: 

  • GAP

Adresse : 

18, rue Carnot

Référence cadastrale : 

CT0315

Latitude, Longitude : 

44.5584, 6.08015
Histoire

Datation : 

1936

Auteur : 

Louis Clovis Heckly, L. Bertrand et F. Bouhant (architectes)
La construction d’un hôtel des Postes à Gap fut étudiée dès 1910. Le maire de Gap ayant soumis la question au ministre des Postes le 12 mai 1910, celui-ci lui a proposé deux solutions : 1°La Ville de Gap fait construire le bâtiment à ses frais et le loue à l’Administration ; 2° Le bâtiment est construit par les PTT et la Ville participe à hauteur de 20% de la dépense (la fourniture du terrain suffirait à remplir cette participation). Le 18 mai 1910, dans une lettre destinée au ministre, mais qui ne sera jamais envoyée, le maire de Gap opte pour la solution n°2 et sur un emplacement plus proche de la gare. Une lettre du Directeur des PTT de Gap du 17 juin 1912 parle plus tard d’un lot délimité par les rues Pasteur, Pérolière, du Four-Neuf et Philis de la Charce. Le 12 août 1910, revirement de situation, le maire propose la construction par la Ville de l’Hôtel des PTT, lequel sera remis à l’Etat qui payera une somme annuelle égale à l’annuité d’amortissement en 30 ou 40 ans. Le 3 septembre, l’Administration fait savoir qu’elle ne peut accepter cette formule et engage le Maire à examiner une des solutions présentées le 12 mai 1910. Le 20 septembre 1910, le maire propose comme emplacement l’ancien séminaire, qui à l’origine devait servir de caserne de gendarmerie ; la Ville se chargerait de la construction et louerait les locaux à l’Etat à raison de 3% sur la valeur du terrain estimé 120 francs le m² et 5% sur la dépense de la construction. Le ministre accepte en principe mais veut revoir à la baisse ses taux de participation. Envisageant une solution d’attente, le Directeur des PTT demande le 16 février 1913 au Maire, un certificat de convenance pour l’immeuble Garcin, 40, rue Carnot, en vue d’y installer pour quelques années, les services de la recette principale, mais cette idée n’a pas de suite. Le 18 février le Maire est informé que l’Administration offre le prix de 100 francs le m² ; il répond le lendemain que la Municipalité accepte et il prie le Directeur des PTT de lui envoyer d’urgence toutes les pièces nécessaires de façon à en finir le plus tôt possible. Le 25 juillet 1913, le maire de Gap adresse au Directeur des PTT les plans du bâtiment pour avis. Le montant approximatif de l’avant-projet est estimé à 275 000 francs. De son côté, l’Etat arrête le montant du loyer à 15 000 francs au maximum. Après les modifications réclamées par les PTT, le coût total du projet est évalué à 290 000 francs. Le 19 juin 1914, le maire de Gap propose un loyer à 16 500 francs. Le ministre reste sur sa position avec un loyer à 15 000 francs. La guerre éclate sur ces entrefaites et les choses ne bougent plus jusqu’au 10 février 1919. C’est à cette date que le Directeur des PTT demande au maire de Gap de reprendre l’étude de la construction de l’hôtel des Postes. La Municipalité répond favorablement le 13 février. Malheureusement, les conditions économiques de la Ville ne lui permettent plus de recourir à un emprunt et le projet est abandonné. Il faut attendre la fin de l’année 1930 pour qu’un nouveau projet voit le jour. Cette nouvelle impulsion émane de la Chambre de Commerce de Gap. Cette dernière est prête à faire construire un bâtiment, de concert avec la Ville de Gap, comprenant d’un côté l’hôtel des Postes et de l’autre la Chambre de Commerce. Le 18 novembre 1930, dans une lettre à destination du ministre des Postes et Télégraphes, le Président de la Chambre de Commerce explique : « La Chambre de Commerce est prête à réaliser l’affaire sur les mêmes bases et avec les coefficients appropriés ; pour la construction elle envisage un important ilot d’immeubles situé au cœur de la Ville, entre la Rue Carnot et la Place Jean Marcellin ayant une superficie d’environ 1 500 m². Dans l’immeuble à construire elle installerait ses propres services et certains autres comme par exemple le syndicat d’initiative ». Le 22 novembre 1930, le Conseil municipal de Gap donne un accord de principe au projet proposé par la Chambre de Commerce. En effet, la Ville n’a pas à s’impliquer financièrement, elle doit juste réaliser quelques formalités administratives dont elle seule à le pouvoir : déclaration d’utilité publique et expropriations. Le 17 octobre 1931, par délibération, le Conseil municipal réitère son accord : « le conseil décide d’adopter le vœu suivant qui renouvelle ceux précédemment émis en faveur de l’installation à Gap d’un nouvel hôtel des Postes par la Chambre de commerce, et se rallie au projet présenté, qui comprend les immeubles Bertrand, épouse Mayoly, Dupont, Bougoin, Barneaud, l’écurie et la cour Pauchon, le jardin Blanc, une partie de la cour de la Mairie. En ce qui concerne cette cour, sous la réserve toutefois que la voie qui la relie à la rue Carnot et permet aux véhicules d’y accéder soit maintenue sur son emplacement actuel ou sur un autre emplacement et que les bureaux actuels de la Mairie ne soient pas privés de lumière du fait de constructions nouvelles. Il approuve ce projet et le préfère à tout autre, parce qu’il répond le mieux aux nécessités du service des PTT, qu’il ne modifiera en rien les habitudes des usagers, puisque le nouvel hôtel se trouvera à proximité de l’ancien, et qu’au surplus, il fera disparaître un quartier insalubre tout en participant à un notable embellissement de la Ville ». Le 10 août 1931, le Préfet fixe par arrêté les dates de l’enquête publique ; celle-ci se déroula du 14 au 29 août 1931. Le 6 juillet 1932, la construction de l’Hôtel des Postes est déclarée d’utilité publique ; la procédure d’expropriation peut être engagée. Le 13 novembre 1933, les architectes Louis Clovis Heckly, L. Bertrand et F. Bouhant signent les plans du projet. Le 16 août 1936, l’hôtel des Postes est inauguré. Le 23 août 1936, le Président de la République, Albert Lebrun, inaugure la Chambre de Commerce.
Description
Gauche

Matériaux d'oeuvre : 

Pierre de taille ; béton ; enduit

Matériaux de couverture : 

Tuile

Plan : 

Plan régulier en L
Droite

Voute : 

NC

Elevation : 

Elévation ordonnancée

Type de couverture : 

Toit à longs pans ; pignon couvert ; croupe

Sources : 

ADHA Archives communales de Gap 1 M 563
ADHA Archives communales de Gap 1 J 865